Accueil Investir Investir dans le sous secteur aérien

Investir dans le sous secteur aérien

par audrybab

Le sous-secteur aérien au Congo présente d’énormes opportunités dinvestissement pour les entreprises du monde entier.

Il est notamment caractérise par :

  • un cadre juridique favorable aux investissements, avec notamment une libéralisation des plusieurs activités (service d’assistance en escale, exploitation des aéronefs, etc.);

  • un niveau acceptable de mise en œuvre des normes internationales en matière de sécurité et de sûreté de l’aviation civile;

  • une fourniture de service de navigation aérienne de qualité et conforme aux normes internationales, assurée par l’agence pour la sécurité de la navigation aérienne (ASECNA) ;
  • un fort maillage des infrastructures aéroportuaires sur toute l’étendue du territoire national ;

      • trois (03) aéroports internationaux (Brazzaville, Pointe Noire et Ollombo) gérés par la société « Aéroports du Congo » (AERCO), dont deux (02) en cours de certification, disposant chacun d’une capacité d’accueil d’environ 2 millions de passagers ;

      • douze (12) aérodromes secondaires non concédés en activité (Dolisie , Ouesso, Impfondo, Nkayi, Sibiti, Ewo, Djambala, Owando, Makoua, Boundji, Enyelle, Pokola, ) gérés par l’Agence Nationale de l’Aviation Civile ;

      • une (01) hélistation située à Kinkala ;

      • quatorze (14) aérodromes privés (Kabo, Makao, Odzala, Mayoko, Mokabi, Moutela, Lefoutou, Ngombé, Talataa, Yangadou, Konkouati, Bomassa, Boyele, Betou).

Par sa position géostratégique, sa stabilité politique et ses aéroports internationaux ayant une bonne capacité d’accueil, le Congo occupe une place incontournable en Afrique centrale. Ses aéroports peuvent servir de hub international reliant lAfrique centrale au monde entier.

Les choix dinvestissements peuvent notamment porter sur :

  • la fourniture des équipements aéroportuaires pour améliorer l’exploitation, la sûreté aéroportuaire et la sécurité de la navigation aérienne;

  • le partenariat technique, opérationnel et financier avec les acteurs du sous-secteur afin, d’une part, de tirer un meilleur profit des accords aériens signés entre le Congo et d’autres États, d’autre part, d’améliorer la connectivité nationale et régionale et enfin et surtout, accroître les possibilités économiques du Pays ;

  • la création de nouvelles compagnies aériennes ;

  • la vente ou la location d’aéronefs;

  • la création de centres de formation aéronautique en vue de renforcer la capacité du personnel aéronautique du Congo et de la sous-région ;

  • la construction de centres de maintenance aéronautique en vue de réduire les coûts de maintenance d’aéronefs et d’exploitation des compagnies aériennes nationales et de la sous-région.

Autres articles

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposrons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies
Translate »